Les principales techniques d’aquascaping

Un océan miniature

La conception d’un aquarium est telle qu’il se rapproche d’une réalité subaquatique où une sélection de plantes et d’animaux caractéristiques occupe en permanence cet habitat artificiel. L’aquarium est très apprécié de par sa qualité ornementale et l’idée de transférer une petite part de l’écosystème sous-marin dans un récipient de quelques dimensions est toujours très imaginative. Aujourd’hui, l’aquascaping permet d’améliorer cet élément décoratif tout en apportant un minimum de confort aux espèces existantes.

Les éléments de l’aquascaping

Il faut souligner que les espèces aquatiques requièrent certains constituants pour maintenir leurs conditions de vie dans l’eau. Tout le monde le sait, sans quoi, elles ne peuvent pas survivre à l’intérieur. Dans le concept de l’aquascaping, le paysage aquatique présente une variété de composants que le spécialiste s’efforce de reporter dans le bac planté. En plus des animaux et des plantes donc, il y a aussi introduit des pierres et des bois flottés. Le quartz, le granite et le basalte correspondent aux exigences du milieu. Les bois naturels et les souches vieillies après abattage sont immergés dans l’eau pendant quelques jours pour soustraire les substances organiques et minérales.

La réalisation

À la réalisation, il faut tenir compte de trois étapes : le décor brut, la plantation et l’arrangement artistique. Dès le départ, il faut concevoir une petite esquisse de structure. Le décor brut associé à la méthode handscape, consiste à agencer les pierres ou les bois, sur lesquelles seront montées les plantes. Il doit être ajusté d’une façon optimale au plan intermédiaire pour ne pas congestionner au préjudice des plantes. Ces dernières quant à elles, doivent répondre à un typage, une condition de pousse et une nuance de couleurs bien précis. Leur position en 3 plans distincts déterminent une longueur allant de 10 à 30 cm respectivement en avant et en arrière-plan. La finition avant l’immersion, suggère une motte de pierres, un ajout de sables et des graviers au fronton puis des fougères et des mousses sur les racines pour agrémenter l’ensemble.